Un policier tué en Guinée : les résultats des élections montrent que Alpha Condé est en tête

Un policier a été tué mercredi dans la capitale guinéenne Conakry lors d’affrontements avec des partisans de l’opposition qui ont brûlé des barricades dans les rues après que les premiers résultats de l’élection présidentielle de dimanche aient montré que le président Alpha Condé était en tête.

Des partisans du principal rival de Condé, Cellou Dalein Diallo, ont mis le feu à des piles de vieux meubles et brûlé des pneus dans certains quartiers d’opposition de Conakry mercredi. La police a dispersé les manifestants à l’aide de gaz lacrymogènes.

« Des affrontements ont éclaté sur la route du Prince. Un policier a été tué », a déclaré à Reuters le ministre de la Sécurité Damantang Albert Camara, en faisant référence à une importante traversée de Conakry qui traverse les bastions de l’opposition. C’est au moins la sixième mort rapportée dans la violence depuis l’élection.

Diallo a revendiqué la victoire lors du vote en se basant sur les résultats de sa campagne.

La demande d’un troisième mandat pour Condé, 82 ans, a suscité des protestations répétées au cours de l’année dernière, entraînant des dizaines de morts. Il affirme qu’un référendum constitutionnel en mars a remis à zéro la limite de ses deux mandats ; ses adversaires disent qu’il enfreint la loi en s’accrochant au pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici