L’armée nigériane a proposé de se déployer à Lagos en cas de besoin (Gouverneur)

L’armée nigériane a proposé de se déployer dans l’État de Lagos si nécessaire pour protéger les sites clés des entreprises et du gouvernement, dans un contexte de protestations anti-police, a déclaré le gouverneur jeudi.

Des troubles ont éclaté dans tout l’État, qui est soumis à un couvre-feu de 24 heures, en raison des protestations et des tirs des forces de sécurité sur des civils mardi soir.

Le gouverneur Babjide Sanwo-Olu, dans une interview sur la chaîne locale Arise TV, a déclaré que le chef d’état-major de la défense et le chef d’état-major de l’armée avaient appelé mercredi vers midi « pour dire que si j’exige effectivement que les militaires sortent, ils les déploieront ».

Il a déclaré que la principale préoccupation était la sécurité des principales installations commerciales et gouvernementales, telles que les ports de Lagos.ADVERTISEMENT

« C’est vraiment juste une conversation sur le soutien à la sécurité que nous avons », a-t-il dit.

Sanwo-Olu n’a pas dit s’il accepterait l’offre, mais a appelé les dirigeants à garder les jeunes, y compris les manifestants, hors des rues.

Des incendies ont éclaté mercredi dans la capitale commerciale, alors que des groupes de jeunes gens errants, des manifestants encore dans les rues et des policiers armés s’affrontaient dans certains quartiers.

L’armée a nié que des soldats se trouvaient sur le site de la fusillade au péage de Lekki à Lagos, où les gens s’étaient rassemblés au mépris du couvre-feu. Quatre témoins ont déclaré à Reuters que des soldats avaient tiré des balles à cet endroit et qu’au moins deux personnes avaient été abattues. L’armée et la police nigérianes ont tué au moins 12 manifestants pacifiques à deux endroits de Lagos – Lekki et Alausa – mardi.

Sanwo-Olu a déclaré qu’il n’avait pas envoyé de soldats au poste de péage et le président Muhammadu Buhari, tout en appelant au calme dans une déclaration mercredi, n’a pas abordé directement l’incident.

Muhammadu Buhari a déclaré que les caméras de surveillance du pont Lekki, qui, selon les médias sociaux, avaient été retirées avant l’incident, étaient présentes et fonctionnaient au moment de la fusillade et qu’elles feraient partie de l’enquête de l’État sur l’incident.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici