Présidentielle en Côte d’Ivoire: des habitants d’Abidjan quittent la ville pour « ne pas revivre 2010 »

A moins de 24H de l’ouverture des bureaux de vote dans le cadre de la présidentielle du 31 octobre à en Cote d’Ivoire, plusieurs habitants de la capitale économique Abidjan quittent majoritairement la ville pour éviter selon eux, de vivre les événements tragiques de 2010.

Plusieurs villes ivoiriennes sont sous tensions à quelques heures du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020. Conséquence, plusieurs habitants de ville principale du pays, Abidjan ont plié bagage pour ne plus assister aux événements de 2010 qui restent encore présents dans les mémoires.

« Je ne veux pas revivre ce qu’on a vécu en 2010 »: Véronique Yao, commerçante à Abidjan, a décidé de fuir la capitale ivoirienne avec son jeune fils, redoutant des violences meurtrières à l’occasion de l’élection présidentielle samedi.

Comme d’autres habitants de la capitale, elle a fait sa valise et pris un bus pour rejoindre sa ville natale, à trois heures de route, avec en mémoire la crise de 2010-2011 qui avait fait 3.000 morts. « Si tout se passe bien, on reviendra. Tout dépend de ce qui va se passer », dit cette commerçante à l’AFP avant de monter dans un bus pour Tiebissou (centre).

Depuis la semaine dernière, le nombre de passagers a augmenté à la gare routière d’Adjamé (commune populaire de la capitale économique). Jeudi, des dizaines de passagers, chargés de valises, sacs et baluchons s’engouffraient dans des bus à destination de la province.

Les troubles ont commencé en août, lorsque le président Ouattara a annoncé sa candidature. La Constitution ivoirienne n’autorise que deux mandats présidentiels, mais, selon M. Ouattara, l’adoption d’une nouvelle Constitution en 2016 a remis le compteur à zéro. Ce que conteste farouchement l’opposition qui a appelé à la « désobéissance civile ».

Dès lors, des dizaines de personnes sont mortes déjà dans des heurts entre communautés ou forces de l’ordre. Jeudi, l’ancien président Laurent Gbagbo a appelé au dialogue entre la classe politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici