Tanzanie : John Magufuli déclaré vainqueur de la présidentielle

Le président tanzanien John Magufuli a remporté l’élection présidentielle, a déclaré vendredi la Commission électorale nationale, une compétition qui a été rejetée par l’opposition comme une « parodie » en raison d’irrégularités généralisées.

Magufuli a obtenu 12,5 millions de voix lors du scrutin de mercredi, tandis que son principal adversaire, Tundu Lissu du parti Chadema, a obtenu 1,9 million de voix, a déclaré la commission électorale.

Magufuli a sollicité un second mandat de cinq ans et a promis aux électeurs qu’il stimulerait l’économie en menant à bien les ambitieux projets d’infrastructure qu’il a lancés au cours de son premier mandat.

Lissu a déjà déclaré qu’il n’accepterait pas les résultats des élections.

Le secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines, Tibor Nagy, a déclaré vendredi « nous restons profondément préoccupés par les rapports faisant état d’une ingérence systématique dans le processus démocratique ».

« Nous continuons à examiner les allégations crédibles d’utilisation de la force contre des civils non armés », a-t-il déclaré dans un tweet.

Le parti CCM de Magufuli, dont une version est au pouvoir en Tanzanie depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1961, avait déjà conservé le pouvoir dans l’archipel semi-autonome de Zanzibar, dans l’océan Indien, avec 76% des voix.

Des dizaines de responsables et de membres du parti d’opposition ont été arrêtés jeudi à Zanzibar et au moins un d’entre eux est à l’hôpital avec de graves blessures après avoir été battu par la police, qui n’a pas commenté l’incident.

L’ambassade des États-Unis dans ce pays d’Afrique de l’Est a déclaré jeudi qu’il y avait eu « des allégations crédibles de fraude et d’intimidation importantes liées aux élections » lors du vote de mercredi pour un président et des législateurs.

Le vote a été entaché par des allégations d’arrestations de candidats et de manifestants, de restrictions d’accès aux bureaux de vote pour les agents des partis politiques, de votes multiples, de pré-collage des bulletins de vote et de blocage généralisé des médias sociaux, a déclaré l’ambassade américaine.

Les fonctionnaires de la commission électorale n’ont pas été immédiatement disponibles pour commenter les allégations d’irrégularités. Mercredi, la commission a nié les allégations de faux bulletins de vote, affirmant qu’ils étaient non officiels et non fondés.

Zitto Kabwe, le leader du principal parti d’opposition à Zanzibar, ACT-Wazalendo, et le leader de Chadema au Parlement, Freeman Mbowe, font partie des dizaines de candidats de l’opposition qui ont perdu leur siège au profit du parti au pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici