Désertion de la formation Militaire de l’Enam : le DG invite Christian Kombo Aoudou à rejoindre les rangs au risque d’être classé démissionnaire

Le constat de cette désertion a été faite lors de la dernière descente du Directeur Général de l’Enam au sein du centre de formation de Ngaoundal.

C’est un évènement qui n’est pas rare à l’étape de la formation militaire des élèves de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature. En effet, la formation militaire à laquelle sont astreints les élèves de l’Enam n’est pas aisée. Aujourd’hui, il s’agit du cas de Christian Kombo Aoudou. Cet élève est porté disparu depuis quelques jours.

Il y a trois mois environ, Christian Kombo Aoudou, était déclaré admis à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), section administration du travail, cycle A. Comme cela est inscrit dans le chronogramme de la formation des élèves, ils doivent se raser la tête et prendre la route pour le centre de formation militaire dédié. L’ancien étudiant de l’Université de Yaoundé 2, quitte la capitale pour la préparation militaire supérieure au Centre de perfectionnement et d’entrainement des Forces armées nationales de Ngaoundal. Après les premières épreuves, Christian Kombo Aoudou, n’a plus répondu présent.

Le Directeur général de l’ENAM, Bertrand Pierre Soumbou Angoula, dans un communiqué, fait savoir que l’élève Kombo Aoudou est absent dudit centre depuis le 24 octobre 2020, « date de sa désertion » souligne le DG de l’ENAM. Ce dernier invite donc ledit élève, à rejoindre les rangs dès la diffusion du présent communiqué, faute de quoi, il sera considéré comme démissionnaire.

Ce qu’il faut également souligner, c’est qu’il existe des pratiques peu commodes à ce niveau de la formation. Il est très souvent arrivé parmi les précédentes promotions, des élèves qui ont choisi de fuir la formation militaire. Et il est arrivé que ces derniers tentent de corrompre des agents de l’Etat, des administrateurs de l’Enam pour retrouver leurs camarades une fois ceux-ci revenus sur Yaoundé pour poursuivre leur formation académique.

Mais depuis le début de son ministère comme Directeur Général de l’Enam, Bertrand Pierre Soumbou Angoula met un accent particulier dans la lutte contre la corruption au sein de son administration. Il est présent sur le terrain. Il prend la peine de vérifier en personne certaines procédures. Ce qui a le mérite de court-circuiter toute velléité de corruption. Un management pro-actif qui certainement participera à redorer l’image que l’opinion publique se fait de cette école d’élite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici