L’architecte britannico-ghanéen David Adjaye, lauréat de la médaille d’or du RIBA

David Adjaye est le lauréat de la médaille d’or du Royal Institute of British Architects (RIBA) pour 2021. Britannico-Ghanéen, il est le premier architecte noir à recevoir cette distinction depuis la création de l’institution en 1834, à Londres. Il s’agit d’une des plus hautes distinctions dans le monde de l’architecture.

David Adjaye

À David Adjaye, on doit notamment le Musée National de l’histoire et de la culture afro-américaines, inauguré il y a quatre ans à Washington, tout un symbole.

La médaille d’or du Royal Institute of British Architects est décernée en reconnaissance de l’œuvre de toute une vie, remise à une personne ou à un groupe de personnes qui ont eu une influence significative « directement ou indirectement sur l’avancement de l’architecture ». Adjaye rejoint ainsi le panthéon des lauréats de la médaille d’or comme Frank Lloyd Wright (1941), Kenzō Tange (1965), Rem Koolhaas (2004) ou Zaha Hadid (2016).

Parmi ses influences figure l’art africain

Lors de l’annonce du nouveau lauréat cette semaine, l’Institut royal a félicité le travail exceptionnel d’Adjaye et souligné ses nombreuses influences : « l’art contemporain, la musique et la science jusqu’aux formes de l’art africain et la vie urbaine ». Dès les débuts de sa carrière professionnelle, il s’est distingué en alternant la pratique avec l’enseignement dans des écoles d’architecture prestigieuses au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il a notamment été professeur dans les universités de Harvard, du Michigan, de Pennsylvanie et de Princeton.  

Parmi ses réalisations les plus connues : la bibliothèque Idea Store de Londres (2005), le Centre Nobel de la Paix à Oslo (2005), le musée d’art contemporain à Denver (2008), une école de management à Moscou (2010), la fondation Aïshti à Beyrouth (2015), mais aussi l’Alara Concept Store à Lagos (2016) et un centre d’art à San Antonio, Texas (2019).

Sans oublier ses derniers projets en cours de construction dont un gratte-ciel à Manhattan et la cathédrale nationale du Ghana, au cœur d’Accra. Avec son style varié, riche et contrasté, il a remporté depuis 25 ans des projets dans le monde entier. Son cabinet d’architectes, Adjaye Associates, a ses bureaux à Londres, New York et Accra.

« Créer de la beauté »

Jusqu’à aujourd’hui, il vit à cheval sur plusieurs continents, comme toujours depuis l’enfance. David Adjaye, 54 ans, est né à Dar Es Salam, en Tanzanie, de parents ghanéens, puis il a suivi son père diplomate en Égypte, au Yémen, au Liban, et jusqu’au Royaume-Uni.

C’est là que David Adjaye a atterri à l’adolescence et qu’il a pu étudier au Royal College of Art avant de se lancer. « Sir » David Adjaye devrait-on dire, puisque la reine d’Angleterre l’a anobli, il y a trois ans, pour « services rendus à l’architecture ».  

Après l’annonce de la Médaille d’or royale en 2021, il a déclaré : « L’architecture, pour moi, a toujours eu pour but de créer de la beauté avec des édifices pour tous les peuples du monde de manière égale, et de contribuer à l’évolution de cet art. L’impact social de cette discipline a été et continuera d’être la force directrice guidant mes pratiques et mes expériences dans ce domaine. » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici