Les migrants à l'aéroport de Douala

Ces derniers ont atterri en début de soirée le mercredi 14 octobre 2020, sur  le tarmac de l’aéroport international de Douala.

Atteindre la terre promise après avoir bravé moult difficultés et finalement ne pas pouvoir y pénétrer librement. C’est ainsi qu’on pourrait résumer le périple des 57 camerounais qui ont été déportés des États-Unis d’Amérique pour leur pays natal, le Cameroun du 13 au 14 octobre 2020. Comme le révélait le quotidien national bilingue Cameroon Tribune, dans son édition en kiosque le mercredi 14 octobre 2020, «81 camerounais, formellement identifiés comme tel, se sont retrouvés, avec un millier d’autres personnes en situation irrégulière au Centre de détention dans l’État du Texas dans le Sud-Est des États-Unis d’Amérique».

Le journal que dirige Marie Claire Nnana indique que par la suite,  pour éviter d’être rapatriés au Cameroun, ces compatriotes qui sont rentrés dans le pays de Donald Trump en passant par le Mexique, ont évoqué des menaces sur leur sécurité au pays. Malheureusement, ces déclarations n’ont pas convaincu les autorités américaines qui ont finalement décidé d’organiser leur retour au bercail, dans un avion  affrété par le gouvernement camerounais. D’après la CRTV, seulement 57 de ces migrants sont descendus de l’avion qui a atterri le mercredi 14 octobre 2020, à l’aéroport international de Douala. Parmi les passagers, il y avait 12 femmes.

«57 camerounais en situation irrégulière aux États-Unis d’Amérique ont regagné le bercail ce jour. L’avion affrété par le gouvernement camerounais a atterri ce 14 octobre 2020 à 14h14 minutes à l’aéroport international de Douala. Parmi les passagers, il y a 12 femmes. Selon les autorités, tout a été mis en place pour assurer la prise en charge. Compte tenu de la situation sanitaire, les passagers positifs au test du Covid-19 devaient être mis en quarantaine», a écrit le média gouvernemental sur Facebook.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici