Georges Dougueli : « à quel titre Jacques Fame Ndongo réagit-il dans le cadre du litige portant sur le passeport du Pr Achille Mbembe ? »

Journaliste à Jeune Afrique, le journal panafricain, il critique la manière de faire du Secrétaire au comité central en charge de la communication du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), qui informe de la disponibilité du passeport d’Achille Mbembe.

Le mercredi 14 octobre 2020, Jacques Fame Ndongo, publie une déclaration où il informe de la disponibilité du passeport du Pr Achille Mbembe. En effet, le Secrétaire au Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), répond ainsi à une sortie de l’écrivain qui date du 6 octobre 2020 où, il informait du non renouvellement de son passeport.

 «Depuis deux ans le Cameroun a refusé de renouveler mon passeport camerounais», avait écrit Achille Mbembe. Dans une tribune publiée ce jeudi 15 octobre 2020, Georges Dougueli, informe que Jacques Fame Ndongo, n’a pas qualité pour faire une sortie officielle sur un tel sujet.

LE PARTI/ETAT ENFIN ASSUME

Ce dernier reproche aux autorités camerounaises de n’avoir donné suite à la demande introduite pour le renouvellement de son document de voyage. L’administration compétente en matière de passeport est bien la DGSN …  Fame Ndongo est-il le nouveau porte-parole de la Police ? Supposons que, par solidarité, le gouvernement se sente obligé de justifier l’attitude inacceptable de la DGSN. Fame en est-il le porte-parole ? Ou alors il a décidé de marcher sur les plates-bandes de René Sadi ?

L’aveu, en forme de réponse, est dans l’en-tête du document. Le porte-parole du RDPC se prend pour l’Etat. Tout s’explique. Enfin !

Sur le fond de l’affaire : Achille Mbembe a  également introduit en 2018 une demande de carte nationale d’identité. Puisque l’on soutient que son passeport et sa CNI ont bel et bien été établis, je me demande pourquoi l’intéressé – qui a pris la peine d’introduire les deux dossiers et d’acquitter les frais y afférents – refuse délibérément d’en prendre possession. Peut-être prend-il un plaisir pervers à voyager muni d’un passeport diplomatique sénégalais offert par le charitable Sénégal, ce pays devenu, depuis 1983, la patrie de secours des apatrides camerounais.

Il est inacceptable qu’une République exerce un tel chantage à l’encontre de ses ressortissants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici