Cameroun – Crise Anglophone: Près de dix enseignants enlevés dans la région du Nord-Ouest

Des combattants séparatistes archives

Les groupes armés qui sévissent dans la région sont soupçonnés d’être les auteurs de ces enlèvements.

Près de dix personnels enseignants ont été enlevés dans la région du Nord-Ouest depuis le 5 octobre 2020, jour de reprise des classes au Cameroun. Selon le Collectif des enseignants indignés, il s’agit entre autres de «M. Seydou Mbangyah, proviseur du lycée bilingue de Baba1, dans le Ngoketunjia. M. Chayi Sungha, Intendant au GBHS Baba1, enlevé au même moment que son proviseur M. Ntam Yuh, enseignant au lycée de Bambui, dans la Mezam».

D’après le quotidien Le Messager, «dans leur indignation, l’association d’enseignants explique que plusieurs personnes détenues en captivité aujourd’hui ont été enlevées alors qu’elles se trouvaient dans les établissements scolaires où ils exercent».

Pour l’instant, le gouvernement ne s’est pas encore exprimé sur le sujet. Selon le journal, cette situation d’insécurité dure depuis de nombreuses années. «Des groupes armés séparatistes imposent un boycott de l’enseignement, dans leur tentative obstinée de faire pression sur le gouvernement pour obtenir une meilleure reconnaissance politique. Ils ont incendié des bâtiments scolaires, enlevé et agressé des élèves et des enseignants qui ne respectaient pas la fermeture des établissements», lit-on.

Les attaques dirigées contre les établissements scolaires, les élèves et les enseignants ont eu un impact dévastateur sur l’éducation. Selon les chiffres du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), jusqu’à l’année scolaire écoulée, 4400 écoles étaient fermées dans ces deux régions et plus de 600 000 enfants y sont privés d’éducation du fait du climat sécuritaire qui prévaut dans cette partie du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici