Wilfried Ekanga : la police a «fouillé jusqu’aux coffres des voitures pour» trouver Albert Dzongang à Bahouan

Le militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun Wilfried Ekanga dans une tribune publiée sur sa page Facebook, rapporte que la police était bel et bien présente à la cérémonie d’inhumation de la soeur d’Albert Dzongang. 

Selon Wilfried Ekanga militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) par ailleurs analyste politique farouchement opposé au régime Biya, la police s’est invitée hier samedi 17 octobre 2020, à la cérémonie d’inhumation de la soeur aînée d’Albert Dzongang fidèle allié de Maurice Kamto. Il raconte dans un post sur sa page Facebook, que la police s’est retrouvée à fouiller même les coffres des voitures pour voir si l’homme politique Dzongang n’y était pas caché.  

Retrouvez ci-dessous le post de Wilfried Ekanga

CREVETTONIA FMA la recherche d’Allbert Dzongang, une belle escouade de police a fait irruption à la cérémonie d’enterrement de la sœur du concerné dans son village ( Bahouan ) ce samedi. Espérant le trouver sur les lieux, ils ont fouillé jusqu’aux coffres des voitures pour voir s’il s’y cachait. Comme vous le constatez, marcher pacifiquement est plus grave que de menacer de brûler une administration avec des bidons d’essence. Donc si vous marchez au pays des Crevettes, vous perdez le droit d’enterrer vos proches. La prochaine étape sera d’arrêter les cadavres.Dépêchez-vous de trouver un moyen de verser un sac de farine sur Atanga Nji . De grâce, dépêchez-vous.

Rappel

Albert Dzongang est recherché par la police parce qu’il était dans la rue le 22 septembre dernier dans le cadre des marches d’appel au départ de Paul Biya. Ne voulant pas subir le même sort que celui des proches collaborateurs du leader du Mrc Maurice Kamto, l’homme politique dans un message adressé aux « combattants » fait savoir qu’il reviendra au-devant de la scène pour d’autres évènements.

«Bonjour à tous les combattants, bonjour au peuple de la liberté. Je suis votre frère Albert Ndzongang. J’ai eu beaucoup de blessures le 22 (septembre 2020, NDLR). Etant recherché, je me suis replié pour préparer les prochains évènements. Restez mobilisés. Je suis au Cameroun et je ne peux pas quitter le pays tant que notre président élu est encerclé et tant que nos frères sont en prison […] Je ne me livre pas à eux parce que ça m’empêcherai de préparer la suite; je ne suis pas physiquement prêt pour les affronter maintenant mais soyez rassurés, je suis là. Je serai là et je serai toujours là avec vous jusqu’à ce que notre pays soit libéré. Jusqu’à ce qu’il ait la prospérité pour tous et avec tous les Camerounais», a déclaré l’ancien président de la DYNAMIQUE Albert Dzongang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici