un 'procureur de la République' arrêté entre les cuisses d’une enseignante

Dshang : un  »procureur de la République » arrêté entre les cuisses d’une enseignante voici les détails

• Ngolle Stéphane a été interpellé enfermé dans la maison avec une femme.

• Il est accusé d’usurpation d’identité.

• Il a ensuite escroqué plusieurs personnes.

Ngolle Stéphane est entre les mains de la police depuis quelques jours.Il a été arrêté par les éléments du commissaire de police alors qu’il se trouvait dans les bras d’une enseignante d’un établissement d’enseignement secondaire confessionnel dans la ville de Dschang. Selon plusieurs sources, l’individu a passé le temps à arnaquer les populations en se présentant comme, soit procureur en service à Bamenda ou encore le frère cadet du ministre Ngolle Ngolle Elvis.»

Amené au commissariat du 3e arrondissement de la ville de Dschang, il a été auditionné, puis déféré devant le procureur de la République hier jeudi 29 juillet 2021.

Face à la presse, il a déclaré : « j’ai été accusé d’avoir abusé de mes confrères camerounais. C’est tout ce que je peux dire présentement », sans plus ajouté un commentaire, ni d’autres éléments de défense.

Ses forfaits.

Selon plusieurs sources dans la ville de Dschang, cet homme était spécialisé en escroquerie. Il aurait causé des forfaits dans plusieurs villes du Cameroun se faisant passer pour le procureur de la République de Bamenda, en service commandé.

En plus, il se présentait comme le frère cadet du ministre Elvis Ngolle Ngolle. « Je réside à Douala, mais ma famille est ici. C’est la raison pour laquelle je suis régulièrement à Dschang », a-t-il affirmé pour répondre à ceux qui se demandaient comment un homme qui ne réside pas à Dschang peut faire autant de victimes dans la ville. Au moins 10 plaintes ont été déposées contre lui auprès de la police. A la question  » êtes-vous procureur de la République », il répond : « C’est ce qu’ils disent. Je n’ai jamais dit cela. Je suis enseignant d’histoire-géographie au lycée classique d’Edéa ».

Au moment de son déferment, le commissaire du 3e arrondissement, commissaire de police Amougou Joseph Désiré, a profité pour demander aux populations de « continuer à nous faire confiance. Que la collaboration entre population et police se poursuive. Parce que ce n’est que grâce à cette collaboration franche que nous pouvons atteindre des résultats comme l’interpellation de ces malfaiteurs qui menacent et portent atteinte aux biens de nos populations ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici