Produits anti-moustiques: le revers d’une mauvaise utilisation

Même s’ils aident à repousser ou à tuer l’anophèle, ces substances constituent un risque majeur pour la santé.

Impossible de dormir en compagnie d’un orchestre de moustiques. Ces insectes très nuisibles constituent parallèlement le vecteur le plus en vue du paludisme, l’une des causes principales de la mortalité au Cameroun. A titre d’illustration, en 2020, cette maladie qui fait environ 7 millions de cas chaque année a tué 11 500 personnes.

Pour faire face à ces moustiques, de nombreux produits sont proposés. Des produits qui s’achètent comme des petits pains par des usagers. « J’utilise les produits anti-moustiques depuis longtemps. Avant de me coucher, j’administre tout produit que j’ai sous la main », renseigne Jean-Pierre Samba, chef de famille.

Entre les bombes insecticides à pulvériser, les diffuseurs à brancher sur les prises, les spirales à faire brûler et les répulsifs ambiants, tout le monde y trouve son compte. Autour de 20h ce dimanche chez François Kamlo à Emana, un quartier de Yaoundé 1er, toute la maisonnée est déjà là.

Portes et fenêtres peuvent alors être fermées pour barrer la voie aux moustiques. Entre temps, quelques-uns partagent déjà la pièce avec les occupants. Ils ne sont pas les bienvenus. Il faut les chasser, à défaut de les tuer. Un diffuseur est connecté à une prise.

« C’est à l’heure de se coucher que je branche cette substance dans toute les chambres pour lutter contre les moustiques parce que c’est inodore. Quant nous sommes au salon le soir, c’est la spirale que je brûle pour les maintenir à distance à cause de son odeur», déclare François Kamlo.

Il n’est pas le seul à partager régulièrement son entourage . avec la fumée pourtant toxique qui s’échappe de ces spirales. Il en est de même pour les insecticides en aérosol. Une utilisation sui se fait parfois au mépris de la notice qui demande de sortir de la pièce après vaporisation. En effet, « le produit provoque une irritation de la peau, peut provoquer la somnolence ou les vertiges. Il entraîne les effets néfastes à long terme », lit-on sur une bouteille d’insecticide. Malgré ces avertissements, certains s’entêtent.

« J’utilise les aérosols anti-moustiques chaque soir autour de 18h pour laisser un peu l’odeur s’évaporer avant l’heure du coucher. Quand cette heure me trouve hors de la maison, je pulvérise sans toutefois sortir de la chambre. Certes, c’est toxique mais ce qui tue les insectes ne peut pas me tuer», explique Alice Medoa, mère de famille.

« Je pulvérise mon produit chaque matin avant de sortir. Si en dormant la nuit comme en journée, j’entends le bourdonnement d’un moustique dans mes oreilles, je me lève et je pulvérise avant de me recoucher. Je ne prends vraiment pas la peine de lire le mode d’emploi », déclare d’Evelyne Mofue, étudiante.

En plus des yeux, la cavité nasale peut être irritée suite à une longue exposition à ces produits. Il en est de même pour les poumons. « Tout ce qui est toxique Test également pour les poumons. Une forte exposition à ces produits peut affecter les poumons », avertit un pneumologue.

Mutations

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici