L’Afrique du Sud rejette le vaccin russe Spoutnik par crainte du VIH

Le régulateur sud-africain des produits de santé a déclaré lundi qu’il n’approuverait pas le vaccin russe Sputnik V Covid-19 en raison des craintes qu’il n’augmente le risque d’infection par le VIH chez les hommes.

La décision était basée sur des études antérieures testant l’innocuité d’une forme modifiée d’adénovirus – un type de virus qui provoque des infections respiratoires – connu sous le nom d’Ad5 et contenu dans le jab russe.

« L’utilisation du vaccin Spoutnik V en Afrique du Sud, dans un contexte de prévalence et d’incidence élevées du VIH, peut augmenter le risque que les hommes vaccinés contractent le VIH », a déclaré l’Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé dans un communiqué.

Il a ajouté que la société à l’origine de la demande d’utilisation de Spoutnik V en Afrique du Sud n’avait aucune preuve que la formule serait sûre « dans les contextes de forte prévalence du VIH ».

Le pays le plus touché par la pandémie en Afrique compte également le plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH au monde.

Il a été aux prises avec une hésitation vaccinale.

Un peu plus d’un quart des 40 millions ciblés pour la vaccination d’ici début 2022 sont entièrement injectés à ce jour.

L’Afrique du Sud devrait commencer cette semaine à vacciner les enfants dès l’âge de 12 ans et à offrir des injections de rappel à certains citoyens immunodéprimés.

Il propose actuellement la dose unique Johnson & Johnson – qui contient également un adénovirus mais d’un type différent – et le rMNA Pfizer/BioNTech jab.

Le Sinovac de fabrication chinoise a également été approuvé.

L’Organisation mondiale de la santé n’a pas encore donné le feu vert à Spoutnik V pour une utilisation d’urgence, bien qu’il soit administré dans au moins 45 pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici