Des coups de feu créent la panique dans plusieurs écoles dans le Sud-Ouest du Cameroun

Ce matin, les parents de Limbe, Mutengene, Ombe et Tiko, des villes situées dans la région du Sud-ouest, se sont précipités dans les écoles pour y récupérer leurs enfants.

Après le massacre des enfants dans une école privée de Kumba, les populations de la région du  Sud-ouest vivent désormais avec la peur au ventre. Ce mardi matin,  les parents de Limbe, Mutengene, Ombe et Tiko se sont précipités dans les écoles pour y récupérer leurs enfants.

Cette réaction de masse fait suite à l’information selon laquelle certains élèves ont été blessés dans la localité de Ombe par des inconnus. Nous ne pouvons cependant pas confirmer l’information de l’attaque pour le moment.Jointe au téléphone,  un parent d’élève confirme avoir récupéré son enfant mais elle explique qu’elle  a le sentiment que ce sont des gens qui s’amusent à propager les fake news pour faire peur aux populations.

Le massacre de Kumba dans les mémoires

N’empêche, les parents se sont retrouvés massivement, ce mardi, devant le portail du Lycée. Après une résistance, le proviseur du lycée a finalement  été contraint d’ouvrir les portes pour les libérer les enfants face à la pression des parents.

 Les parents de Mutengene, toujours dans la région du Sud-ouest, ramènent  également leurs enfants à la maison Et pour cause, une fusillade matinale à Ombe, tout près. Selon certaines sources, des coups de feu ont été entendus il y a quelques minutes à Ombe, situé entre Mutengene et Limbe.

On ne sait pas exactement qui sont les tireurs et leurs motivations. Notre source ne confirme pas les tirs mais le lycée  était bien gardé par des éléments de forces de l’ordre

Le 24 octobre 2020, l’école privée Mother  Francisca  International Bilingual  Academy, située dans l’arrondissement de Kumba II, a été le théâtre d’une barbarie et d’une inhumanité intolérante.

Selon les premières informations, un groupe d’hommes armés,  a fait irruption dans ladite école et a ouvert le feu sur des enfants, qui n’avaient commis pour seul crime que d’exercer  leur droit de s’instruire. Le bilan est toujours provisoire de l’attaque, fait  état de sept enfants décédés et 12 blessés en soin intensifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici