Le président Roch Marc Christian Kaboré appelle la classe politique ivoirienne à l’apaisement

Pour le chef de l’Etat burkinabé, une crise socio-politique ne sera ni bon pour la Côte d’Ivoire ni pour le Burkina Faso.

Au Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré a déjà passé  cinq ans à la tête du pays. A moins d’un mois de l’élection présidentielle prévue le 22 novembre 2020, le chef de l’Etat   fait le bilan de son quinquennat.

Au sujet de la réconciliation nationale, Roch Marc Christian Kaboré a rappelé ses propos tenus sur RFI et France 24. Un discours tenu suite aux critiques de plusieurs responsables politiques de l’opposition, qualifiant ses propos de propagande électoraliste. 

« Nous n’avons jamais interdit à quelqu’un de rentrer au Burkina Faso. Mais tous ceux qui ont des dossiers en justice seront jugés à leur retour », a-t-il répété trois fois face aux journalistes.

La situation des Burkinabè en Côte d’Ivoire

Selon le président Kaboré, s’il est réélu, les modalités du processus de réconciliation seront décidées au cours d’une rencontre nationale au premier semestre de 2021. Une rencontre qui va réunir toutes composantes de la société burkinabè.

Autre sujet phare, la situation des Burkinabè en Côte d’Ivoire à quelques jours de la présidentielle. « Nous sommes inquiets parce que nous recevons déjà des messages sur des exactions portées contre nos compatriotes durant cette période », précise-t-il.

En gros, le chef de l’État burkinabè appelle toute la classe politique ivoirienne à l’apaisement : « Il faut que ces élections se déroulent de façon pacifique. Si nous devons arriver à une crise majeure, ce ne sera ni bon pour la Côte d’Ivoire ni pour le Burkina Faso », a dit Roch Marc Christian Kaboré.

Pour rappel, le 15 octobre dernier sur les antennes de RFI, le président burkinabé, annonçait qu’il n’avait pas refusé la main tendue de l’ex-président Blaise Compaoré. Plusieurs responsables politiques de l’opposition avaient qualifié cette sortie de promesse électorale visant à attirer les partisans des exilés notamment Blaise Compaoré. Le chef de l’État a rejeté ces accusations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici