USA : près de 100 000 personnes victimes d’abus sexuels au sein des Boy Scouts demandent une indemnisation 

Près de 100 000 victimes présumées d’abus sexuels au sein des Boy Scouts of America (BSA) se sont manifestées pour demander une indemnisation au groupe.

Un avocat des plaignants a qualifié cette affaire de plus grande affaire d’abus sexuels jamais traitée aux États-Unis. Les demandes d’indemnisation ont été déposées avant la date limite de lundi soir.

Les dossiers internes publiés en 2012 ont révélé des décennies d’abus.

Les négociations vont maintenant commencer entre les victimes présumées, la BSA et leurs assureurs.

L’organisation compte encore un nombre considérable de membres – plus de deux millions de jeunes participants âgés de cinq à 21 ans. Mais ce chiffre représente environ la moitié de ce qu’il était dans les années 1970, un déclin qui s’aligne sur la surveillance croissante de l’organisation.

En février, la BSA a déclaré qu’elle se mettait sous la protection de la loi sur les faillites pour être en mesure d’indemniser les victimes.

La procédure devant un tribunal fédéral des faillites conduira finalement à la création d’un fonds pour régler les cas d’abus qui sont confirmés.

« C’est de loin le plus grand scandale d’abus sexuels aux Etats-Unis », a déclaré lundi l’avocat Paul Moses à l’agence de presse AFP.

En termes de chiffres actuels, il éclipse les plaintes similaires déposées contre l’Eglise catholique dans le pays.

Dans une déclaration récente, la BSA a déclaré qu’elle avait été « émue par la bravoure » de ceux qui s’étaient manifestés.

« Nous avons intentionnellement développé un processus ouvert et accessible pour atteindre les survivants et les aider à faire un pas essentiel vers l’obtention d’une indemnisation. La réponse que nous avons vue de la part des survivants a été déchirante », a ajouté le groupe.

En 2012, le journal Los Angeles Times a découvert environ 5 000 dossiers détaillant des allégations contre des capitaines de scouts et des chefs de troupes qui avaient été jugés « volontaires inéligibles ».

La plupart des incidents n’avaient pas été signalés à la police, et la BSA s’est chargée de retirer les accusés.

En 2010, M. Moses a gagné 20 millions de dollars (15 millions de livres sterling) pour un ancien boy-scout maltraité par son chef.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici