Présidence d’honneur : comment la Caf est passé de l’arrêt de la pension de Hayatou à l’hommage qui lui est rendu

Lorsque Issa Hayatou se verra accorder le statut de président honoraire de la Confédération africaine de football (Caf) vendredi, cela représentera un changement significatif par rapport au traitement réservé au Camerounais par l’organisation peu après son éviction en mars 2017.

Le plus ancien dirigeant de l’histoire de la Caf doit être reconnu dans son pays, le Cameroun, lors d’une cérémonie spéciale à la veille de l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations.

Agé de 74 ans, il a dirigé le Caf de 1988 à 2017, période durant laquelle il a transformé une organisation parfois presque démunie en une organisation qu’il a transmise à son successeur Ahmad, avec plus de 130 millions de dollars en banque et un éventail de compétitions toujours plus large.

« Cet éminent dirigeant a présidé le Caf pendant 30 ans », a déclaré le Caf le mois dernier. « Cet honneur salue son immense rôle dans le développement du football africain ».

Néanmoins, quatre mois seulement après son détrônement, le Comité exécutif (ExCo) de la nouvelle administration du Caf a choisi de refuser de verser une pension au « leader distingué ».

« Pour moi, c’était juste vindicatif », a déclaré Suketu Patel, qui a été le premier vice-président de Hayatou pendant de nombreuses années, à BBC Sport Africa. « Ils voulaient punir la vieille garde pour une raison quelconque. »

Lors d’une réunion au Maroc en juillet 2017, l’ExCo a approuvé une décision selon laquelle aucun de ses membres – qu’ils soient retraités ou encore en service – ne pouvait recevoir de pension puisqu’ils n’avaient jamais contribué financièrement à une telle pension.

« Les membres de l’ExCo … n’ont pas droit à une pension mais seulement à une prime pendant leur mandat », peut-on lire dans le compte-rendu d’une réunion de l’ExCo en juillet 2017.

D’un seul coup, la récompense financière pour près de trois décennies de service de Hayatou, qui avait refusé un salaire significatif du Caf jusqu’aux dernières étapes de son règne, a été réduite à zéro.

Pourtant, la décision n’a pas seulement affecté Hayatou, mais aussi d’autres membres de l’ExCo qui avaient acquis le droit à une pension de retraite après plus de huit ans de service, dont l’ancien président de la fédération des Seychelles, Patel, entre autres.

Hayatou et Patel – qui a rejoint l’ExCo en 2004 – ont tous deux quitté le Caf en mars 2017, le même mois où le Malgache Ahmad avait stupéfié la communauté du football africain en détrônant le dirigeant de longue date du jeu continental.

Des attitudes contrastées

Après les élections en Éthiopie, le Caf et la Fifa, l’organe directeur mondial, ont réagi de manière très différente.

En mai 2017, cette dernière a décerné à Hayatou le titre de vice-président honoraire – un rôle qu’il avait rempli pendant des décennies puisque le président du Caf assume automatiquement cette fonction – lors de son congrès à Bahreïn.

Deux mois plus tard, tout en approuvant des primes pour eux-mêmes s’élevant à 60 000 dollars pour les membres réguliers de l’ExCo, 70 000 dollars pour les vice-présidents et 80 000 dollars pour le président, l’ExCo du Caf a effectivement mis fin à la pension d’Hayatou.

« Il n’y avait pas de statut légal dans leur position, c’était une excuse faible », a déclaré Patel. « Si vous n’avez pas de raison valable de faire quelque chose, alors la raison pour laquelle vous le faites est que vous n’aimez pas le faire. »

« Tant la pension (question) que le refus de reconnaître le service de personnes qui ont fait quelque chose dans le passé pour l’organisation est un état d’esprit. Si j’étais Issa, je n’accepterais pas (la récompense honorifique) ».

« C’est une honte pour Caf. Comment pouvez-vous laisser la Fifa l’honorer dans les trois mois qui suivent son départ ? Pour Caf, cela aurait dû être la chose automatique à faire après l’élection. »

« Maintenant qu’ils vont au Cameroun, ils lui offrent ça ? Désolé, mais c’est trop tard. »

Ahmad n’a pas commenté lorsque BBC Sport Africa lui a demandé pourquoi Caf avait choisi de mettre fin à la pension de Hayatou peu après sa prise de fonction.

Il a cependant déclaré à la BBC en juin dernier qu’il pensait que le Camerounais devrait être président honoraire – « c’est sûr » – mais qu’une décision de l’ExCo sur la question était nécessaire en premier lieu.

Attentes légitimes

Peu après que Caf l’ait informé, en août 2017, que sa pension ne lui serait pas accordée, Patel a porté son affaire devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

« Le principe était erroné », a déclaré Patel, qui était le directeur financier du Caf entre 2004 et 2017 et dont l’appel lui a coûté environ 20 000 dollars.

« C’était mal de leur part de punir les autres, y compris des gens comme Issa. Il ne se serait pas battu. Pour lui, cela aurait presque été humiliant ».

Pendant la période où son affaire a été entendue entre août 2017 et mars 2018, les comptes-rendus de réunion montrent que l’ExCo, en janvier 2018, a déterminé un nouveau type de « pension » sous la forme de primes de fin de service.

Le personnel de l’ExCo recevra désormais une prime de fin de service – « indépendamment du nombre de mandats ou d’années passées » – qui s’élèvera à 150 000 dollars pour les membres réguliers, 250 000 dollars pour les vice-présidents et 500 000 dollars pour le président, même si aucune contribution financière n’est encore versée.

« Cela prouve qu’il n’y avait aucune logique du tout », a ajouté M. Patel.

La première année de l’administration d’Ahmad a été marquée par une augmentation des salaires et des indemnités du personnel du Caf, avec une augmentation globale de 25 % pour l’ensemble du personnel et la décision d’augmenter les indemnités journalières de 50 % (le taux journalier d’un membre de l’ExCo passant ainsi de 300 à 450 dollars).

Pourtant, une telle générosité était rare pour certains des anciens dirigeants du Caf, à tort aux yeux de la plus haute instance juridique du sport.

En mars 2018, Cas a annulé la décision de l’ExCo de refuser une pension à Patel, ordonnant à l’organisme africain – qui avait voulu faire rejeter le cas de Patel tout en exigeant qu’il finance les frais juridiques de Caf – de lui verser sa cotisation, qui s’élevait à un peu plus de 100 000 dollars.

« Le panel conclut que la décision contestée est contraire au principe de non-rétroactivité [c’est-à-dire qu’elle ne pouvait pas prendre effet à une date antérieure à celle où elle a été prise], ainsi qu’au principe de confiance légitime, et doit donc être annulée », a déclaré Cas, dont le reportage – vu par la BBC – n’a jamais été rendu public.

Peu de temps après, Hayatou – qui ne souhaitait pas faire de commentaires lorsqu’elle a été contactée par la BBC – a également fait appel avec succès de la décision de Caf d’interdire sa pension à Cas.

Vendredi, une telle querelle sera mise de côté lorsque le Camerounais, qui est resté hors des feux de la rampe depuis 2017, sera reconnu par l’organisation à laquelle il a consacré la majeure partie de sa vie professionnelle.

Elle aura lieu à Yaoundé où l’ExCo, dont le virage sur Hayatou a été complété en proposant que ce dernier soit nommé président d’honneur, se réunit à la veille du Championnat d’Afrique des nations.

La cérémonie verra Hayatou reçue par Constant Omari, président par intérim du Caf en RD Congo, après qu’Ahmad soit devenu le premier dirigeant du Caf à être interdit par la Fifa, pour cinq ans, après avoir été jugé pour avoir enfreint son code d’éthique.

Il n’est pas certain que sa suspension, dont il fait appel, affectera sa propre prime de fin de mandat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici