Cameroun : La diaspora Bamendjou demande à Yampen Ousmanou de cesser toute menace directe, ou indirecte contre le Fo’o Sokoudjou

Réuni le samedi 23 janvier 2021, les enfants Bamendjou de la diaspora apportent leur soutien au gardien de la tradition Fo’o Sokoudjou Mpoda et demande « au Préfet des hauts plateaux et à ses commanditaires de cesser toute menace directe, ou indirecte, commandée ou non à son endroit ».

Fo’o Sokoudjou Mpoda le 29 novembre 2020 dans sa chefferie – DR

Ci-dessous, l’intégralité de la pétition.

Pour la fin des menaces et intimidations contre sa Majeste Sokoudjou, Roi Bamendjou

Nous, membres de LA DIASPORA BAMENDJOU, réunis ce jour samedi 23 JANVIER 2020 à PARIS, faisons le constat suivant :

Constatons que le Préfet des hauts Plateaux a menacé le Roi des Bamendjou en date du 20 janvier 2021, après les premières menaces du 18 juillet 2020,

Considérant que ces menaces constituent non seulement une récidive inacceptable, mais aussi une atteinte à la dignité et à la liberté du Roi des Bamendjou ;

Considérant selon des informations recoupées, les sérieux risques qui pèsent sur la vie et sécurité du Roi des Bamendjou ;

Considérant que le seul reproche qui lui est fait, voilé sous l’expression de rébellion, est en réalité, celui d’avoir exprimé la souffrance des populations camerounaises et donné son avis sur la marche du pays en critiquant un système qui se perpétue au pouvoir depuis 38 ans,

Constatant que le ROI des Bamendjou avait déjà été illégalement et injustement destitué par le colonisateur en 1959 ;

Considérant que pourtant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 proclame l’égale dignité des êtres humains,

Considérant Le pacte International relatif aux droits civils et politiques, la constitution camerounaise et les lois en vigueur au Cameroun proclament la liberté d’expression et d’opinion ;

Considérant que les chefs traditionnels sont d’abord des dépositaires du pouvoir traditionnel, religieux et spirituels avant d’être des collaborateurs de l’Etat ;

Qu’en l’occurrence, le ROI des Bamendjou, eu égard à son aura, sa stature, sa puissance et le respect que lui vouent les autorités étrangères, et les peuples africains en particulier, par son courage et sa participation significative à la libération du Cameroun ;

Considérant qu’il a droit au respect des populations et des personnes désignées pour représenter l’État sur son territoire ;

A DECIDE :

1- D’apporter son soutien total et inconditionnel au ROI des Bamendjou, Sa Majesté FO’O SOKOUDJOU et à l’ensemble des chefs traditionnels qui ont demandé à l’Etat de régler la problématique de la guerre dans le NOSO

2- Déclare que le Roi des Bamedjou, Sa Majeste FO’O SOKOUDJOU, comme tous les citoyens, dispose de la liberté d’expression proclamée par les lois nationales de la République et le droit international ;

3- Précise que le Roi SOKOUDJOU est investi d’un pouvoir traditionnel, religieux et spirituel, transcendant les seules relations qu’il entretient avec l’autorité administrative ;

4- Décide d’interdire à toute autorité administrative de remettre en cause l’autorité du Roi des Bamendjou, Sa Majeste FO’O SOKOUDJOU, en toutes circonstances, dans la mesure où ce dernier est un sanctuaire, et que ses positions ne portent nullement atteinte ni à l’ordre public, ni à la sécurité puplique;

5- Demandons au Préfet des hauts plateaux et à ses commanditaires de cesser toute menace directe, ou indirecte, commandée ou non à son endroit ;

6- Décide qu’à défaut de respecter la dignité et les droits de sa Majesté le ROI des Bamendjou, sa Majesté SOKOUDJOU, la diaspora Bamendjou se réserve le droit d’engager toute action nationale ou internationale visant à la protection de sa Majesté SOKOUDJOU, ROI des Bamendjou.

Demandons par ailleurs au gouvernement de privilégier les solutions pacifiques pour régler la guerre dans le NOSO.

Paris, le 23 JANVIER 2021

POUR LA DIASPORA BAMENDJOU, Maître Jacques MEGAM, AVOCAT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici