Dans une vidéo diffusée sur YouTube, le présentateur de l’émission le débat africain sur RFI met à nu le plan de la FIFA pour prendre le contrôle de l’instance faîtière du football africain.

Alain Foka (c) Droits réservés

Le Franco-camerounais Alain Foka estime que sur la foi de langues qui « se sont déliées, Ahmad Ahmad a été élu président de la CAF en 2017 grâce à Gianni Infantino», c’est ce dernier «qui a distribué des liasses de billets, des montres en or et même déployé des escort girls pour le faire élire».

Une rumeur confirmée, dit-il, par une sérieuse enquête du journal norvégien Josimars. Il explique qu‘Issa Hayatou, l’adversaire d’Ahmad ne pouvait faire le poids face à l’impressionnant déploiement financier. Foka qualifie Ahmad de «pion» choisi pour mettre en place la stratégie du président de la FIFA. 

La déchéance d’Ahmad vient du fait qu’il est devenu moins obéissant aux yeux de la FIFA, en mettant un terme au contrat qui liait la CAF à l’entreprise Lagardère, souligne Alain Foka. De son constat, «le football africain est sous coupe réglée. La Fifa est aux commandes. Ce qui est frappant ici c’est la méthode qui rappelle une autre, qui a mis l’Afrique francophone dans la situation de chaos qu’on lui connaît depuis des décennies. Vous vous souvenez, au moment des indépendances, on a soigneusement pris soin d’écarter les nationalistes, ceux qui se battaient pour l’autonomie réelle de leurs pays. Beaucoup ont même été tués.On a mis au pouvoir des seconds couteaux, des collabos arrangeants, des gouverneurs Noirs plus soucieux des intérêts d’un ancien maître que du développement de leurs  et de leurs compatriotes».

Le journaliste de RFI conclut qu’Ahmad Ahmad est autant coupable que Gianni Infantino pour avoir tissé une alliance dangereuse avec ce dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici