Selon les informations diffusées par CRTV Web, ils ont répondu à l’appel du président Paul Biya de quitter les brousses.

Des combattants de Boko Haram (c) Droits réservés

55 anciens pensionnaires de Boko Haram ont décampé. Les Camerounais qui ont été remis à la Commission nationale de désarmement, de démobilisation et de réintégration par la Force opérationnelle interarmées multinationale disent avoir répondu à l’appel du président Paul Biya aux groupes armés pour qu’ils abandonnent leurs armes.

Cette décision de ces jeunes combattants de Boko Haram survient deux semaines après l’attaque sanglante perpétrée à Dabanga, une localité située dans le département du Logone-et-Chari, région de l’Extrême-Nord, dans la nuit de samedi à dimanche par les éléments des Forces de défense au front contre Boko Haram.

En effet, « Samedi plusieurs combattants à bord des pickups et des motocyclettes ont attaqué le poste militaire et les quartiers de la ville de Dabanga située sur l’axe routier Waza et Kousseri », relatait à l’Agence Anadolu, le gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

Selon l’autorité administrative, un militaire est tombé arme en mains, et « 03 civils ont aussi trouvé la mort, des camions de marchandises et des boutiques incendiés. Les assaillants sont aussi allés à la brigade où ils ont endommagé un véhicule de la gendarmerie ». 

Au cour de l’opération, un important matériel de guerre des assaillants avait été récupéré par les Forces de l’Ordre.

Pour rappel, c’est depuis plus de six ans que ce groupe terroriste sème la terreur dans l’Extrêmes-Nord du pays avec des conséquences fâcheuses sur la vie des populations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici