Une Rwandaise expulsée des États-Unis pour son rôle dans le génocide

Une femme qui a obtenu l’asile politique aux États-Unis après avoir caché son rôle et celui de sa famille dans le génocide rwandais de 1994 a été expulsée vers le Rwanda après avoir purgé une peine de 10 ans de prison pour avoir menti.

Béatrice Munyenyezi a été déchue de sa nationalité américaine après avoir été condamnée en 2013 – elle avait déjà passé près de deux ans en détention.

Elle s’était installée aux États-Unis en 1998 avec ses trois filles, affirmant avoir été persécutée au Rwanda.

Environ 800 000 personnes, principalement des Tutsis et des Hutus modérés, ont été massacrées au Rwanda en 100 jours en 1994 par des extrémistes hutus, dont beaucoup ont ensuite fui le pays.

Des témoins de l’accusation ont raconté comment Munyenyezi avait contrôlé les cartes d’identité à un barrage routier notoire où les Tutsis étaient ciblés pour être massacrés.

Elle avait également nié toute affiliation à un parti politique lors de sa demande d’asile, alors que son mari était un chef de la milice Interahamwe, l’aile jeunesse du MRND, alors au pouvoir.

La femme de 51 ans devrait être arrêtée à son arrivée au pays et inculpée pour son rôle dans le génocide.

Son mari, Arsène Shalom Ntahobali, et sa belle-mère, Pauline Nyiramasuhuko, qui était ministre, ont tous deux été reconnus coupables en 2011 par le Tribunal pénal international des Nations unies pour le Rwanda de leur rôle dans le génocide et purgent de longues peines de prison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici