La Cour suprême organise une ultime audience pour Mendo Ze

La haute juridiction décide de l’examen des recours introduits par l’ancien DG et ses coaccusés contre un arrêt du TCS rendu en 2019. Au moment où ses obsèques se déroulent.

Décédé le 9 avril dernier à Yaoundé, le Pr Gervais Mendo Ze devrait être inhumé cette fin de semaine à Sangmélima dans son Sud natal En tout cas, c’est ce ce que prévoit le programme des obsèques du disparu concocté par sa famille. Dense de 22 pages, le document fait le tour du monde à travers la toile depuis quelques jours.

En dehors des moments importants de la riche carrière et du parcours exceptionnel du disparu, mais au§8i des témoignages émouvants de ses proches, le programme renseigne que sa dépouille partira de Yaoundé pour son village natal vendredi prochain après une messe pontificale en la Cathédrale Notre l5ame de Victoire de Yaoundé. Il sera en principe inhumé le samedi 24 avril à 13h00.

Ce qui n’apparaît pas dans l’exceptionnelle production éditoriale qui accompagne les derniers instants de l’ancien directeur général (DG) de la Cameroon Radio Television (Crtv) sur terre, c’est la date de son procès devant la Cour suprême. La haute juridiction a en effet décidé de vider l’affaire qui oppose l’ancien DG à la Crtv et à l’Etat du Cameroun ce mardi, 20 avril 2021. Il s’agit sans doute d’une coïncidence quelque peu troublante, l’audience en question devant se tenir en plein cœur de la semaine consacrée aux adieux du disparu.

La section spécialisée de la Cour suprême, qui est en charge de l’examen des recours concernant les procès pour détournement des deniers publics, a programmé une seule affaire pour son audience de cette semaine. Si les choses restent en l’état, M. Mendo Ze sera, en son absence désormais, la principale vedette d’un procès dans lequel il est mis en cause avec plusieurs autres personnes.

Mis à mort…

Cela fait bientôt deux ans que l’ancien DG (te la Crtv attendait d’être jugé devant la Cour suprême. Il avait en effet été condamné le 19 mars 2019 par le Tribunal criminel spécial à 20 ans de prison ferme pour un détournement (te biens publics estimés à 18,3 milliards de francs cumulés. Interpellé un peu plus de quatre ans plus tôt et placé en détention provisoire à la prison centrale de Kondengui en attendant l’aboutissement de la procédure alors montée au sujet de sa gestion de la Crtv.

M. Mendo Ze avait semblé sonné par le verdict du tribunal «Votre honneur, je suis très ému. je vais vous dire une chose : j’ai produit la première image de la télévision nationale, jusqu’à maintenant on continue de diffuser les feuilletons que j’ai conçus de ma tète. Les pièces que j’ai présentées ne résistent pas à l’analyse (tes faits. Je suis venu ce matin ayant en conscience que je serais acquitté. Qu’est-ce que le pays va gagner en me mettant à mort ? Restez en paix I», avait-il dit lors de cette dernière prise de parole publique.

La programmation du procès de M. Mendo Ze pour ce 20 avril 2021 à la Cour suprême ne doit rien au hasard. Elle fàit sans doute suite aux pressions exercées par certains de ses proches sur le pouvoir de Yaoundé lors de ses dernières semaines de vie pour obtenir son évacuation sanitaire, à défaut d’une autre mesure le soustrayant du contrôle des geôliers de la prison de Kondengui.

Alors interné au pavillon Haut standing de l’Hôpital central de Yaoundé, l’ancien DG avait bénéficié d’un assouplissement de son statut, le 24 mars 2021, se retrouvant ainsi désormais sous le contrôle exclusif de sa famille bien qu’étant déjà sérieusement secoué par la maladie. Selon des sources familiales, le président de la République avait déjà marqué son accord pour lui faire bénéficier des soins médicaux les plus appropriés. Sauf que la mort intervenait quelques jours plus tard le 9 avril

Yves-Michel Fotso

Avant M. Mendo Ze, un scénario semblable avait été conçu en faveur de M. Yves-Michel Fotso, ancien Administrateur directeur général de la Camair, la compagnie aérienne publique, pour lui offrir une évacuation sanitaire au Maroc à Rabat. Très plongé par la maladie à l’époque, le fils Fotso avait dû honorer une dernière audience devant la Cour suprême avant de prendre les airs pour Rabat. Il avait comparu bardé de perfusions et quasiment méconnaissable, transporté au Palais de justice par une ambulance. Ce jour-là, la haute juridiction avait confirmé une des deux peines de prison à perpétuité prononcées par le TCS contre M. Fotso. Lui avait quand même résisté. Ce qui n’est pas le cas de M. Mendo Ze.

Rappelons que M. Mendo Ze avait été condamné par le TCS pour sa gestion de la Crtv en compagnie de Polycarpe Abah Abah, ex directeur des impôts à l’époque des faits, Jean Marie Akono Ze, point focal de la Crtv à la Trésorerie générale de Yaoundé (TGY) en charge des questions de la redevance audiovisuelle (RAV), Jean Paul Amang Bitegni, membre de la Commission financière, Mme Marie Christine Nguele Ndongo épouse Mekoubu Atangana, chef de service des recouvrements et bien d’autres personnes, mais aussi Elisabeth Mongori, Samuel Andang Mgbwa et Patricia Mebne, tous déclarés en fuite pour ces trois derniers. Tous ces condamnés avaient introduit un pourvoi contre l’arrêt du TCS. Le décès du Pr Mendo Ze n’est pas un obstacle à la suite du procès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici