Droits de l’homme: Un jeune homme torturé puis émasculé à la brigade de gendarmerie de Baham (Ouest) pour des faits présumés de trafic de stupéfiants

0
188
Commune de Baham dans les hauts plateaux

Le nommé Théodore Mbouopda, a perdu un testicule suite à des coups à la machette que lui ont administrés des gendarmes de cette unité. D’après l’ONG Mandela Center International, il se trouve à l’article de la mort alors que le commandant de brigade tente de masquer son forfait.

C’est une histoire pour le moins horrible, que celle du jeune Théodore Mbouopda, natif du village Bandjoun dans le département des Hauts-Plateaux, région de l’Ouest. Il a été torturé à mort, puis émasculé au cours d’une bastonnade à la machette, le samedi 8 mai 2021 dans les geôles de la Brigade de gendarmerie de Baham, la ville voisine, rapporte l’ONG Mandela Center International, spécialisée dans la défense des droits humains.

«Le jeune Mbouopda, victime des graves actes de torture à la brigade de Baham, vient d’être enlevé de l’hôpital du district de Baham par les gendarmes pour le parquet de Bafoussam malgré son état critique. Le CB (commandant de brigade) tente de masquer son crime de couper les deux testicules de la victime avec la machette. Une mission de Mandela Center International est sur le terrain et avisera», indique une note d’information de l’ONG.

La victime, la trentaine révolue, avait en effet été conduit à l’hôpital de district de Baham pour des soins après que les gendarmes se sont rendus compte de leur gaffe. Là-bas, ils vont insinuer une hernie et recommander une opération chirurgicale pour tenter de masquer leur forfait alors que le jeune Mbouopda se trouvait dans un état comateux et menotté à son lit d’hôpital.

A la brigade, rapporte un membre de cet ONG que tss24.news a pu contacter, le jeune homme est accusé de trafic présumé de stupéfiants, et serait un «récidiviste» d’après les témoignages du commandant de brigade.

«Et même si c’était le cas, il devrait bénéficier du principe de présomption d’innocence, jusqu’à ce que les faits soient établis. Il a été clairement victime d’actes de torture, et nous avons des éléments qui l’attestent. Quoiqu’il ait pu faire, aucun homme ne mérite qu’on lui ôte ses testicules. Cela est suffisamment grave car, le jeune homme ne pourra plus jamais procréer», tempête notre source à Mandela Center International, qui indique par ailleurs que la famille entend saisir les juridictions pour que justice soit rendue à la victime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici